Maison Poulain Blanc fabrique ses savons selon la méthode traditionnelle à froid, CP pour Cold Process. Cette méthode utilise la réaction de saponification qui a lieu lorsqu’on met une matière grasse, constituée d’acides gras, en présence d’une solution alcaline d’hydroxyde de sodium.

La matière première

Donc pour faire du savon, on a besoin de matières grasses. Ce peut être du gras animal comme le suif de bœuf ou le saindoux, ou de l’huile végétale (olive, tournesol, noix de coco, etc…) ou encore un beurre comme le beurre de mangue ou le beurre de karité. Toutes ces matières sont constituées de triglycérides, soit des molécules regroupant trois acides gras. Il y a plusieurs sortes d’acides gras, stéarique, palmitique, oléique, myristique, laurique et ainsi de suite. Et un triglycéride peut être un assemblage de n’importe quels acides gras : par exemple deux acides oléiques et un acide stéarique, ou trois acides semblables, ou trois acides différents.

De plus on retrouve les mêmes acides gras dans plusieurs sortes de matières grasses, mais dans des proportions différentes. Ce qui fait la principale différence entre les matières grasses est leur contenu respectif en acides gras. Par exemple, dans l’huile d’olive on retrouve une grande quantité d’acide oléique alors que l’acide laurique est prédominant dans l’huile de noix de coco.

Ces différences en contenu d’acides gras confère à chaque matière grasse des caractéristiques spécifiques lorsque transformée en savon. Certaines huiles font un savon plus hydratant, mais avec une mousse très discrète, alors que d’autres donneront une mousse abondante. Une autre huile donnera un savon plus dur qui dure plus longtemps. Et ainsi de suite.

Il n’existe pas d’huile donnant un savon parfait à tous les points de vue. Un bon savon est donc toujours fait d’un assemblage équilibré de quelques huiles. Tout l’art du savonnier consiste à développer des formules visant un résultat déterminé.

La méthode

Ceci ne se veut pas un cours élaboré, mais plutôt un bref résumé exposant les grandes lignes de la méthode de fabrication de savon à froid.

Dans un premier temps, le savonnier crée une formule avec un objectif en tête. Par exemple, on veut créer un savon très doux pour la peau et qu’on recommandera pour bébé. La formule définira quels ingrédients seront utilisés et dans quelles quantités.

La première étape de fabrication consiste à mesurer les ingrédients au poids, à l’aide d’une balance précise. On place toutes les huiles dans une marmite qu’on va chauffer légèrement. Même si on parle de méthode à froid, on doit quand même appliquer une légère chaleur pour amener les huiles à une certaine température qui se situe souvent aux alentours de 38°C (100°F). Ceci est nécessaire entre autres choses pour faire fondre les huiles qui sont solides à la température de la pièce, comme l’huile de noix de coco ou de palme, ou le beurre de cacao ou de karité. Il faut que tout soit liquide avant de continuer.

D’autre part, on prépare la solution de soude. Dans une deuxième marmite, on place l’eau. Puis, en prenant certaines mesures de sécurité importantes, on y dissout l’hydroxyde de sodium. Cette dissolution fait augmenter la température de l’eau de façon importante.

Il faut ensuite attendre que :

• Les huiles soient complètement liquides et à la température voulue.

• La soude soit complètement dissoute et que la solution ait refroidie jusqu’à la même température que les huiles.

Pendant ce temps, on mesure les autres ingrédients, huiles essentielles et additifs. On en profite aussi pour préparer les moules. Quand tout est prêt, on procède à la fabrication proprement dite. En incorporant la solution de soude dans les huiles, les premières molécules de savon commencent à se former. On mélange le tout pour maintenir la préparation homogène. Au fur et à mesure que le savon se forme, la consistance du mélange augmente, jusqu’à ce qu’arrive le «stade de la trace», c’est-à-dire le moment où la consistance du mélange est juste assez crémeuse pour qu’un peu de mélange prélevé et déposé sur la surface y laisse une trace.

À ce moment là on sait que le mélange ne peut plus se séparer en phase huileuse et phase aqueuse si on n’y touche plus.  Le mélange restera stable même s’il est encore plutôt liquide. C’est à ce moment qu’on peut couler le mélange dans les moules. Mais juste avant de couler, on y incorpore les huiles essentielles et autres additifs en les mélangeant de façon homogène.

Enfin, on laisse les moules reposer pendant plusieurs heures. Après le temps requis, le savon a durci. On peut alors le démouler et le couper au besoin. Il ne reste qu’à laisser les savons sécher pendant quelques semaines avant de les utiliser.