Le surgraissage fait référence au surplus de matière grasse qui reste dans le savon quand la réaction de saponification est complétée et que la fabrication du savon est terminée. C’est une pratique courante qu’adoptent les savonniers artisans et qui vise deux objectifs :

1 – S’assurer que le produit final ne contient plus de traces de soude.

2 – Conférer au savon son caractère émollient et hydratant.

On ne veut pas de soude dans le savon

Autrefois nos grand-mères faisaient du savon selon des recettes un peu approximatives et sans mesures précises. Et le produit final n’était pas toujours réussi. Parfois elles n’utilisaient pas assez de soude et le savon était mou et graisseux. Ou encore elles incorporaient trop de soude et le savon était très rude pour la peau.

Aujourd’hui la fabrication du savon est mieux comprise et suit une procédure beaucoup plus précise et constante. On sait qu’il existe un rapport précis entre la quantité de matière grasse utilisée et la quantité de soude requise pour la saponifier (voir La chimie du savon). Par exemple, pour chaque kilogramme d’huile d’olive, on a besoin de 134 grammes d’hydroxyde de sodium pour la transformer en savon pur. A la fin de la réaction, il ne restera plus d’huile ni de soude, seulement du savon et son sous-produit, un peu de glycérine.

Ce chiffre de 134 est l’indice de saponification de l’huile d’olive. Chaque sorte de matière grasse, huile ou beurre, a son propre indice dont on doit tenir compte dans la formulation du savon. Donc si on pouvait mesurer avec une précision absolue les quantités d’huile et de soude, on obtiendrait un savon pur, sans aucun résidu, ni huile ni soude. Mais ceci est très difficile, pour deux raisons :

1 – Même avec une balance qui mesure au gramme près, on a toujours une légère imprécision lors de la mesure des ingrédients.

2 – Pour une huile donnée, par exemple l’huile d’olive, sa composition exacte peut varier selon la variété, le sol, le moment de la cueillette, l’ensoleillement, et bien d’autres facteurs. En conséquence, l’indice de saponification réel d’une huile peut varier à l’intérieur d’une plage de valeurs. L’indice reconnu n’est qu’une moyenne.

On peut donc s’attendre à ce qu’un savon fabriqué de façon artisanale contienne un restant soit d’huile soit de soude. Comme on ne veut pas qu’il reste de la soude dans le savon, le moyen utilisé par les savonniers est de calculer toujours un certain pourcentage d’huile en surplus de la mesure exigée par la formule. Ainsi on s’assure que s’il y a un surplus dans le savon une fois la réaction terminée, ce sera de l’huile, la soude ayant été complètement consommée.

On veut un savon hydratant

La peau n’est pas une membrane étanche. Autant il peut sortir des choses de notre corps par la peau, comme de l’eau, des sels minéraux, des toxines, etc. (transpiration), autant la peau peut absorber toutes sortes de choses. L’eau est l’élément le plus important pour la santé de la peau. La peau a donc besoin d’être constamment bien hydratée.

Faites une petite expérience. Prenez deux verres identiques. Remplissez-les avec de l’eau, à un niveau identique pour les deux verres. Dans l’un des verres, ajoutez un peu d’huile végétale, par exemple de l’huile d’olive, laquelle formera une mince couche en surface. Laissez les deux verres côte à côte dans le même environnement. Avec le temps, l’évaporation fera son œuvre. A coup sûr, vous noterez que l’eau du verre contenant l’huile s’évaporera beaucoup plus lentement.

C’est la même chose avec notre peau. Notre corps possède un mécanisme de fabrication de sébum qui sert entre autres choses à déposer une couche d’huile sur la couche externe de la peau, limitant ainsi l’évaporation de l’eau contenue dans notre peau pour la garder bien hydratée. Si l’organisme d’une personne fabrique un surplus de sébum, on dira qu’elle a la peau grasse. Si au contraire la production de sébum est insuffisante, on parlera d’une personne à la peau sèche.

Quand on utilise un savon sur notre peau, il nettoiera les saletés, mais aussi la couche protectrice de sébum à la surface. Cette couche protectrice se refera dans l’heure qui suit, mais pendant ce temps notre peau devient vulnérable à l’évaporation. Il est donc bon de compenser cet effet en utilisant un savon surgraissé dont les huiles résiduelles pourront pénétrer la peau et la protéger d’une trop grande évaporation.

À noter qu’il n’y a pas que les huiles résiduelles d’un savon qui contribuent à garder la peau bien hydratée. La glycérine est aussi un hydratant. Les savons de Maison Poulain Blanc contiennent aussi plusieurs nutriments qui aident à cet effet.

Mythe et réalité

Plusieurs savonniers artisans vont vanter les mérites de leurs savons en expliquant qu’ils les ont surgraissé avec une huile de grande qualité. Ils ajoutent une petite quantité de cette huile à la préparation de savon juste avant de la couler dans un moule. Cela peut représenter par exemple 5% du total des huiles de la formule. Le raisonnement est alors que c’est cette huile qui constituera le 5% de surplus contenu dans le savon.

Malgré la bonne foi certaine de ces savonniers, ce raisonnement est faux. En effet, la réaction de saponification est une réaction lente. En ajoutant la solution de soude aux huiles, les premières molécules de savon commencent à se former. Puis à la fin, après le démoulage, à un moment donné toute la soude sera épuisée et la réaction sera terminée. Le tout peut durer plusieurs heures, sinon plusieurs jours, dépendant des conditions de fabrication.

Quand la préparation a atteint une certaine consistance, il est temps de couler dans un moule. C’est à ce moment que ces savonniers ajoutent leur huile de surgraissage. Mais à ce moment là le pourcentage de formation des molécules de savon n’est pas de 100%. En fait certains évaluent ce pourcentage à environ 35%. C’est dire que la préparation contient encore autour de 65% d’huiles non encore saponifiées. L’huile de surgraissage ne fait que s’ajouter aux autres huiles, et le tout sera transformé en savon, sauf le dernier 5%. Mais ce surplus sera constitué du mélange de toutes les huiles utilisées, pas seulement de l’huile de surgraissage .

Pour que le surgraissage ne soit constitué que de bonnes huiles hydratantes, la seule façon est de n’utiliser que des bonnes huiles pour faire le savon. À ce chapitre, les savons fabriqués par Maison Poulain Blanc vont vous gâter.